19 juillet 2016

LE DEVELOPPEMENT SUPPOSE UNE MUTATION MENTALE



Série : Le culturel au cœur du changement social


Aucune discipline sociale ne peut espérer embrasser la réalité humaine complexe si elle n’entrait pas en contact avec les autres disciplines. Les composantes de la réalité observée sont certes analysables séparément (par chacune des disciplines) mais doivent être appréhendées comme un tout. (1) Ni l’économiste, ni le sociologue ne traitent de problèmes qui leur appartiennent en propre.

En matière de sous-développement, on ne saurait exclure – sous prétexte de ne pas empiéter sur ses voisins – l’étude des caractères et conditions qui sont largement responsables des maux dont souffrent de façon chronique les nations concernées. Quiconque est amené à cerner, tant bien que mal, l’infortune humaine de ces nations doit nécessairement s’ouvrir à la psychosociologie, intégrer les singularités culturelles et les formes de logique.
Il importe de rendre compte des interactions entre les conditions économiques et les facteurs extra-économiques souterrains. La conception stricte de l’économique doit faire place à une perspective sur le phénomène humain où des données extrêmement variées peuvent se joindre. De fait, l’économiste et le technocrate se doivent de s’allier aux sociologues et aux psychosociologues afin de replacer l’homme au point central de leur dispositif.
Une question primordiale se pose quant à la nature, la signification et la logique de cette transformation à laquelle aspirent les trois quarts du monde. En quoi consiste en effet ce fameux développement qui a hanté les discours pendant de longues décennies et qui donne l’impression aujourd’hui de ne plus être en vogue ?
Le malaise que cause la saisie de ce phénomène controversé est accru par son caractère multiforme et hautement complexe. L’observation des faits vécus indique que le développement est dû avant tout aux attitudes du sujet économique, à ses dispositions d’esprit, à l’ordre socioculturel dans lequel il se situe. Ce n’est pas un processus essentiellement économique mais un processus foncièrement socioculturel. (2) 
Il ne tient pas seulement, ni même principalement à des composantes matérielles mais à des éléments d’une autre nature, propres à provoquer et soutenir tout mouvement créateur, des éléments qui jouent le rôle déterminant dans la dynamique de changement. Quels sont-ils ? Ce sont la volonté et le besoin de réussite, la liberté intellectuelle, la faculté créatrice, le sens du rationnel, le respect de la fonction accomplie, la discipline sociale, la conscience des obligations et devoirs…


Le développement est ainsi une mutation globale qui suppose un changement socioculturel. De cette proposition, déduisons un corollaire : le développement doit se fonder sur l’homme social. Ce n’est pas une performance chiffrée, un état édénique qu’on atteindrait grâce à un flux de capitaux et de technologie importés. Il suppose une mutation mentale, une transformation profonde et ad hoc au niveau du comportement social.
C’est le point de vue que soutenait à juste titre F. Perroux en 1961 : « le développement est la combinaison de changements mentaux et sociaux d’une population qui la rendent apte à faire croître cumulativement et durablement son produit réel global ». (3) L’auteur précisait ultérieurement : « le développement peut être entendu comme l’ensemble des changements observables dans le système économique et dans le type d’organisation »… (4) Ce qui remet en mémoire la dialectique du qualitatif et du quantitatif déjà abordée. (5)


L’essentiel ici est de marquer que les processus économiques et les forces en jeu ne fonctionnent qu’à la condition que les structures mentales et les normes de conduite des agents impliqués soient devenues telles que les quasi-mécanismes puissent jouer. Le développement doit être compris comme le mouvement qui bouleverse fondamentalement un groupe social – de manière à permettre le déclenchement et la poursuite du changement économique. Il n’est guère possible en effet de concevoir ce mouvement indépendamment de tout processus interne de création et d’organisation.

Thami BOUHMOUCH
Juillet 2016
_____________________________________
(1) Cf. article précédent : L’économique est vouée à s’ouvrir aux autres sciences de l’homme
(2)  Cf. article précédent : L’économique et le poids du facteur humain https://bouhmouch.blogspot.com/2016/05/leconomique-et-le-poids-du-facteur.html
(3) F. Perroux, L’économie du XXème siècle, PUF 1961, p. 154. Je souligne.
(4) F. Perroux, Préface à Elias Gannagé, Economie du développement, PUF 1962, p. VIII. Je souligne.
(5) Cf. article précédent : Economie et culture, le rapport dialectique https://bouhmouch.blogspot.com/2016/06/economie-et-culture-le-rapport.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire