11 novembre 2017

L’EMPRISE IDÉOLOGIQUE DES MODÈLES MÉTROPOLITAINS


Série : La voie de l’imitation, fétichisme et illusions   


"Les opprimés ressentent une attraction irrésistible envers l’oppresseur et sa manière de vivre. Ils désirent à n’importe quel prix lui ressembler". Paulo Freire



Les nations culturellement subjuguées sont par une conséquence logique entraînée à emboîter fidèlement le pas à l’instance dominante et mettent beaucoup de passion à vouloir l’imiter. De l’Occident d’ailleurs sollicitations et pressions ne cessent de prôner cette tendance. Le mimétisme s’étend à tous les domaines : de la littérature aux institutions, de la télévision à l’alphabet, de la vie familiale à l’économie. Télécommandées de l’extérieur, ces nations semblent incapables de s’orienter selon leur humanité propre.

Il y a six siècles, Ibn Khaldoun écrivait : «On voit toujours la perfection [réunie] dans la personne d’un vainqueur […] Le vaincu adopte alors tous les usages du vainqueur et s’assimile à lui. C’est au point qu’une nation dominée par sa voisine fera grand déploiement d’assimilation et d’imitation» (1) La remarque demeure aujourd’hui pertinente : le plus faible en effet est porté à accepter la loi du plus fort, s’inspirer de sa conduite, toujours tout rapporter à lui. Et c’est lorsque l’ordre du maitre est pleinement accepté par les subordonnés qu’il semble naturel ; c’est alors qu’il parait le plus rationnel et le plus évident.
Par-dessus tout, le désir d’adhérer à l’autre, de le prendre pour référentiel n’émane aucunement d’une volonté de s’élever à son niveau. Pour les opprimés, l’idée n’est pas d’être l’égal de l’oppresseur mais d’être en dessous de lui, dépendre de lui. Les nouveaux leaders marchent derrière l’instance dominante en s’attribuant ses archétypes. C’est le constat que fait H. Béji : «l’homme politique chez nous, tout en affirmant sa victoire, continue de se percevoir dans le déterminisme du magma colonial ; c’est comme s’il avait conquis sa liberté tout en la niant, en la laissant être happée par l’atavisme historique» (2)
La nation subordonnée ne cherche pas à rompre avec l’hypothèque culturelle. Au contraire, elle fait montre d’une forte prédisposition à la reproduction des recettes stylisées allogènes. Elle prend systématiquement son dominateur comme critère de perfection dans les idéaux comme dans les institutions. Il n’est peut-être pas facile de résister à la supériorité matérielle acquise par la société-modèle sans devoir appliquer les mêmes pratiques. Il est vrai que «tout mode de développement qui parvient à se réaliser tend vers l’autovalorisation, non seulement en exaltant sa spécificité à l’encontre des autres, mais en sécrétant les critères qui justifient et consacrent son existence en lui fournissant une certaine rationalité». (3) C’est ainsi qu’on se laisse enfermer dans le piège du mimétisme. Piège ou cercle vicieux, en ce sens que le genre de vie introduit par les apports exogènes produit à son tour des dispositions d’esprit favorables à l’imitation.

Les faits montrent – sans pour cela préjuger des luttes contre l’occupant – que c’est par transfert formel de pouvoir que les indépendances furent généralement proclamées. Les signes extérieurs de la souveraineté (gouvernement, drapeau, hymne national…) sont bien visibles, mais les stigmates de la dépendance réelle transparaissent. Le caractère ambivalent de la décolonisation surgit sans équivoque : l’intention déclarée est de s’engager dans une voie autonome, mais la tendance générale est de se mettre à la remorque de l’ancien maitre, de se modeler sur lui. On pourrait dire, à l’instar de J. Ziegler, que la nation décolonisée ne vit «que par procuration ; [elle n’a] ni la volonté, ni la force de s’imposer sur l’échiquier de l’histoire». (4)
La tendance mimétique – au-delà des attitudes individuelles – s’étend aux comportements politiques et par cela même engage l’ensemble de la communauté. Il suffit de procéder à l’examen comparé de l’organisation administrative, économique ou sociale en Afrique, pour s’apercevoir à quel point le modelage s’est fait ici français, là anglais et ailleurs portugais. De l’appareil judiciaire à la fonction publique, des structures constitutionnelles aux textes de lois… tout est calqué, souvent in extenso, sur les archétypes de l’ex-métropole. Il n’est pas jusqu’aux sigles et appellations qui n’échappent à la règle. Il s’agit ici de souligner que des schémas et autres principes subsidiaires, nés de conditions historiques spécifiques à l’Europe, sont délibérément transposés dans des pays d’ancrages culturels différents. De fait, si les discours sur le progrès économique se révèlent peu crédibles, c’est parce qu’ils font l’impasse sur les ressorts propres de ces pays.
Notons que la tendance au mimétisme n’est pas limitée à une époque ou peuple donnés. En Chine, par exemple, le Mouvement du Quatre Mai 1919 prenait le contrepied de la morale confucéenne et s’engageait dans une occidentalisation caricaturale. L’Empire Ottoman, à son déclin, avait le même souci de modernisation en adoptant une série de mesures réglementaires (les tanzimat). En Egypte comme en Iran, le courant moderniste se présentait comme la redite en milieu musulman d’idéaux et de normes de conduite occidentaux. Mais c’est en Turquie kémaliste que ce processus était le plus extrême. Mostafa Kemal, en abolissant le califat et en s’attaquant aux institutions traditionnelles s’employait (avec ostentation) à transformer le pays à l’image de l’Occident.

Toutes ces métamorphoses avaient pour ambition de provoquer un processus de changement salutaire. Un tel processus signifiait alors la reproduction de l’Occident moderne. Le problème serait en somme de faire «simplement» – avec retard – ce que les autres ont fait plus tôt. Cette manière de penser, on le sait, est à la base de la fameuse théorie de Rostow. L’évolution vers ce qui est considéré comme l’idéal tend à répandre une manière de vivre centrée sur le vécu des sociétés-modèles. L’«american way of life» en particulier est vite assimilé à un stade de progrès universel. C’est ce dont Brzezinski était convaincu : «Plus le revenu par habitant d’un pays est élevé, plus il semble qu’on puisse lui appliquer le terme d’américanisation. Ce qui montre que les formes extérieures de comportement qui caractérisent l’Américain d’aujourd’hui sont moins déterminées par des facteurs culturels qu’ils ne sont l’expression d’un certain niveau de développement urbain, technique et économique». (5)
Le monde se laisse ainsi prendre dans l’engrenage d’un syllogisme redoutable : les peuples extra-occidentaux aspirent au développement économique – l’Occident est développé – donc ces peuples doivent se régler sur l’Occident. Le sous-développement n’est-il pas défini d’une manière négative par rapport aux critères de l’instance occidentale ? C’est un état de «non moi», une situation hors du monde normal. Ipso facto, la dynamique de développement implique toujours une intégration au système de références occidental. Certes, la dépendance économique elle-même conduit involontairement à l’imitation plutôt qu’à la création de rapports nouveaux, mais il parait clair que tel ordre culturel tend à induire telles conditions économiques. Par exemple, le dualisme du système de production s’inscrit en toute logique dans un contexte de dualisme culturel. Le premier repose initialement sur le second.


Là où le mouvement de transformation obéit à des schémas exogènes, c’est dans la sujétion entretenue à l’égard d’intérêts étrangers que réside l’obstacle majeur à une véritable émancipation. Parce que nous en avons la possibilité matérielle et que nous entendons rejeter le repli sur soi, est-il naturel que les modèles surimposés deviennent l’axe essentiel de notre action ; est-il naturel de faire prévaloir le décalque de pratiques toutes faites sur l’assimilation des principes qui les fondent, de consacrer l’égocentrisme occidental ? Il ne s’agit pas ici de laisser entendre que toute référence à l’expérience de l’autre est en soi aliénante/malfaisante. On sait que l’occidentalisation en Turquie kémaliste a malgré tout permis la modernisation de l’agriculture, la restauration des voies ferrées et des routes, comme la rénovation de l’outillage industriel. A contrario, il ne faut pas se dissimuler que la Constitution aux Philippines, calquée sur le modèle américain, est regardée comme un moyen permettant de préserver la continuité des rapports avec l’ancienne métropole.
Le phénomène de transmission internationale de modèles et de pratiques pourrait sembler «normal» si l’on pense en particulier à l’imposante influence culturelle américaine en Europe. D’aucuns diront : cette Europe qui a adopté le self-service, les drugstores et le système universitaire est-elle inhibée pour autant ? Pour apprécier le sens d’un tel argument, il convient de souligner avec force que l’industrialisation de l’Europe aux 18-19èmes siècles était le fait d’une bourgeoisie liée organiquement à la problématique et système de référence locaux. Il s’agissait bien de forces inhérentes au milieu d’appartenance
Au surplus, en remontant l’histoire, on s’aperçoit que les innombrables emprunts à l’Orient civilisé ont permis à l’Europe d’évoluer à son tour selon ses propres voies et son propre génie. Comme le note Childe, «les Occidentaux n’étaient point de serviles imitateurs. Ils adoptaient les dons de l’Est et unissaient les acquisitions […] en un tout nouveau et organique capable de se développer sur ses propres lignes originales». (6) C’est cela l’enseignement capital qu’il importe de souligner.

Thami BOUHMOUCH
Novembre 2017
_______________________________________
(1) Ibn Khaldoun, Al Muqaddima, discours sur l’histoire universelle, trad. Vincent Monteil, éd. Sindbad 1978, pp. 291-292.
(2) Hélé Béji, Désenchantement national. Essai sur la décolonisation, Maspéro 1982, p. 17.
(3) Jacque Austruy, Le scandale du développement, éd. Rivière et Cie 1972, p. 199.
(4) J. Ziegler, Main basse sur l’Afrique. La recolonisation, Seuil 1980, p. 234.
(5) Zbigniew Brzezinski, La révolution technétronique, Calmann-Levy 1971, p. 54. La théorie de la convergence, développée aux Etats-Unis par l’auteur, est adoptée en France par R. Aron. Bien d’autres approches donnent à penser que l’évolution est unilinéaire. T. Parsons notamment affirme que toutes les sociétés humaines tendent vers le même type de société, incarné par le modèle américain («the best in the world»).
(6) Gordon Childe, De la préhistoire à l’histoire, Gallimard 1961, pp. 9-10. Je souligne.